PLUME ET ENCRIER

ARTICLES PRECEDENTS

CHAINE BLEU


- Quand l'amour rime avec toujours
- Hasard ou destin ?
- Une déchirure ?
- L'amour virtuel, possible ou pas ?
- L'âge
- La fidelité
- Les hommes qui aiment trop






LES HOMMES QUI AIMENT TROP

Combien de fois n'avez-vous pas entendu un homme dire " Je ne comprends pas pourquoi elle m'a quitté… j'ai tout fait pour elle, je lui ai tout donné ! "… et bien oui… les hommes qui aiment trop existent aussi…

On a beaucoup écrit sur les femmes qui aiment trop, mais alors presque pas au niveau masculin… et ils existent aussi… ils en souffrent et bien souvent ne connaissent pas leur état.

Ces hommes ne vivent que pour la femme qu'ils aiment sur le moment… ils passent leur temps à essayer de combler tous leurs plaisirs, à essayer de deviner leurs désirs, à tout faire pour elles… au point qu'ils les étouffent… malheureusement, au moment de la séparation, ils se sentent complètement désarmés, ils ne comprennent pas, que c'est leur attitude qui a poussé sa compagne à partir… car bien souvent, elle-même, n'arrive pas à exprimer ce qui la pousse à fuir… à sentir ce besoin de s'éloigner de cette relation, de cet homme… l'abandon peut pousser ces hommes jusqu'au suicide… ou à d'actes de violence vis-à-vis de leur ex-compagne…

Malheureusement, bien souvent ni eux-mêmes ni leur entourage se rendent compte du drame… ils connaissent une femme, au début, dans l'enthousiasme de cette nouvelle rencontre, elle se sent très flattée de cette attention dont elle fait l'objet… cela peut même la rassurer se disant qu'elle est vraiment aimée par son compagnon mais peu à peu, au fur et à mesure que le temps passe, la femme commence à se sentir d'abord agacée par le trop d'attention… on ne lui laisse même pas le temps d'avoir un désir qu'il est déjà exhaussé… un dégoût et ensuite un sentiment d'étranglement s'installent… et puis, il y a aussi le revers de la médaille… la femme n'a plus de vie privée… ne peux plus rien faire seule… il veut être le seul objet de pensées de sa bien aimée… qu'elle passe tout son temps avec lui… la moindre petite attention qu'elle puisse avoir envers une autre personne fait le sujet d'une remarque, remontrance ou drame…

Dans ces relations… au moment de la rupture… c'est toujours la femme que l'on dit fautive… mais l'entourage ne peux pas se rendre compte de l'enfer que c'est de vivre à côté d'un homme qui aime trop… vous allez me dire " Que faire pour lui, pour elle ? " Si elle l'a quitté, elle a déjà réussi à s'en sortir… quant à lui, s'il ne se rend pas compte de son problème… personne ne peut rien faire… c'est exactement comme l'alcoolisme… tant que la personne ne s'avoue pas sa maladie, elle ne peut pas commencer à en guérir…


LA FIDELITÉ

La définition du dictionnaire du mot fidèle c'est " Constant dans son attachement ou ses relations "… l'idée de parler sur ce sujet m'est venue à la suite d'un article lu dans un journal féminin chez mon coiffeur… il parlait d'une nouvelle génération de femmes qui trouvent, qu'être infidèles à leur époux les " aide " à sauver leur mariage et qui en revanche, exigent de leur mari une fidélité absolue…

Cette lecture m'a fait réfléchir sur ce que ce mot signifié vraiment pour la plupart des gens… je pense que nous pouvons être infidèles à nos partenaires de plusieurs manières… pas seulement en ayant des relations sexuelles avec une autre personne…

La première manière d'infidélité que je trouve est celle de la pensée.. combien d'entre nous ayant un compagnon ou mari ne nous sommes pas mis à rêver de quelqu'un d'autre tout le temps, je ne parle pas de temps à autre… soit parce que nous le trouvions plus beau ou belle, plus sexy, plus attirant ou attirante… soit parce qu'en ce moment là nous avions des conflits de n'importe quel ordre dans notre relation de couple… ou tout simplement parce que nous n'aimons plus l'autre et que nous ne pouvons pas ou n'avons pas le courage de le ou la quitter…

Depuis un certain temps, je trouve qu'il y a une autre sorte d'infidélité… pas très répandue encore… mais elle existe… celle du cybersexe… alors là, nous faisons la connaissance de quelqu'un à travers Internet… soit nous sommes à la recherche d'une " aventure " cybernétique et nous proposons de suite, à celui ou celle qui est à l'autre côté du clavier voire avec caméra et/ou micro, une petite séance de sexe à deux… soit, à la suite d'une attirance due au fait d'une conversation suivie, d'un échange de pensées et idées, pendant plusieurs jours, même semaines et qu'une certaine intimité s'établi entre ces deux personnes, le désir de l'un pour l'autre se réveille… là encore le seul moyen de l'assouvir à cause des distances ou de notre statut civil… c'est le cybersexe…

Dans ces deux premiers cas, nous ne croyions pas, en général, être vraiment infidèles à notre partenaire… or, je suis persuadée qu'à cause du haut degré de fantaisie et d'irréalité que ceci comporte, mais surtout parce que nous introduisons ce moyen dans nos foyers impunément, nous faisons plus de mal à notre couple que si nous faisions vraiment l'amour avec un être de chair et d'os…

Maintenant venons à la personne qui n'a que des aventures sans lendemain… de temps à autre et quand l'occasion se présente… est-ce pour se prouver à elle-même qu'elle peut encore être attirante ? Est-ce pour " prendre un peu l'air " hors du couple car la relation avec l'autre est devenue trop monotone ? Cela peut aussi être par nature… oui, il y a des personnes qui sont par nature infidèles, qui sont toujours en train de penser à celle ou celui qui n'ont pas… des éternels insatisfaits ? A vrai dire, je n'en sais rien, mais je crois que celles-ci font le moins de mal au couple avec leurs infidélités…

Et puis, il y a encore celui ou celle qui n'ose pas quitter son ou sa partenaire, mais qui n'est pas heureux ou heureuse dans sa relation de couple et qui s'installe dans une double vie… qui compense avec une autre personne ce qu'elle ne trouve pas dans son foyer… ce genre d'infidélité c'est celle qui crée les gouffres, le vide infranchissable entre les couples… et voyez-vous, curieusement, ce genre d'infidélité n'est pas obligatoirement sexuelle, une amitié très proche ou intime, voire amoureuse, peut être aussi la cause de cette infidélité…

Combien d'entre nous, nous estimons fidèles et ne le sommes pas vraiment ? Est-ce la fidélité un besoin sine qua non pour la réussite d'un couple ? Pouvons-nous dire que nous aimons vraiment quelqu'un et lui être infidèle ? Qu'est-ce vraiment la fidélité ? En étant infidèles à notre compagnon ou compagne qui trompons nous vraiment, l'autre ou nous-mêmes ? Et la confiance dans l'autre, elle est où dans tout ceci ? Si vous avez des réponses ou d'autres idées à ce sujet, n'hésitez pas à me répondre ! Je serai très heureuse d'avoir d'autres points de vue…



QUAND L'AMOUR RIME AVEC TOUJOURS

Pour inaugurer cette rubrique, j'aimerais vous entretenir d'un problème qui touche indifféremment les femmes et les hommes ; celui de la recherche du compagnon ou compagne idéal.

Quand je parle d'«idéal», je ne veux pas discourir sur l'être parfait, mais de la personne qui puisse le mieux répondre à ce que nous attendons de l'autre. Mais, en fait, savons-nous vraiment ce que nous voulons trouver chez l'autre ? Je pense qu'il nous est assez aisé de définir ce que nous ne voulons pas. Quant à savoir exactement ce que nous aimerions trouver chez ce futur complice, la chose est certainement beaucoup plus difficile.

Un livre traitant de ce sujet a eu un certain retentissement au cours de l'été écoulé : «Le journal de BRIDGET Jones». Celui-ci a exposé, d'une manière comique, au féminin, cette question qui interpelle nombre de personnes actuellement : Pourquoi les hommes et les femmes ne s'entendent plus ! Différences, dissemblances, oppositions conjoncturelles. . . ou plus simplement dialogue de sourds ?

Nous cherchons tous l'âme sœur et aimerions aussi faire rimer amour avec toujours. A mon avis pour être deux, il faut d'abord être. . . , être soi-même et se trouver en harmonie avec sa personnalité, s'aimer et s'accepter tels que nous sommes, avec nos qualités et nos défauts. . . C'est alors que nous serons capables d'aimer l'autre et de l'accepter tel qu'il ou elle est.

L'Amour et la relation de couple se travaillent, se nourrissent, tel que nous le ferions avec une plante que nous voudrions voir grandir et donner de belles fleurs. Or, combien de nous savons le faire ou sommes prêts à le faire ? Combien de nous ne confondons pas le fait d'être amoureux de quelqu'un avec celui d'Aimer quelqu'un ?

Pour vous aider à mieux comprendre l'autre, un livre a attiré mon attention : «Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus» de John GRAY. Même si vous n'êtes plus seul, ce livre pourra aussi vous aider dans votre vie de couple.

Je vous invite à me faire vos commentaires sur cette rubrique, ainsi qu'à me poser des questions. Tous les messages, lui concernant qui me parviendront, seront affichés sur ce site, sous «Droit de réponse» de telle sorte que celui-ci puisse devenir un forum. Vous aurez le loisir d'échanger en outre des idées entre vous. Si vous désirez continuer à me lire, le thème de cette rubrique sera changé tous les 15 jours dès le 15 janvier 1999.



HASARD OU DESTIN ?

Quand on fait la rencontre d'une personne qui va jouer un rôle important dans notre vie ou qu'il se passe un fait qui change notre existence, est-ce le hasard ou le destin ?

A vrai dire, je suis toujours à me poser la question ! Par de moments je suis une adepte de la théorie que rien ne nous arrive, de bon ou mauvais, qui n'ait pas une raison. Surtout ces dernières années, dont je suis devenue plus sensible aux événements de mon existence, je me suis rendu compte, à maintes reprises, que j'étais comme " guidée " à prendre telle ou telle décision ou à suivre tel ou tel chemin, même si au début j'avais une toute autre idée.

D'un autre côté, si notre vie était marquée par le destin, où est la place du libre arbitre ? Est-ce que le libre arbitre est le choix que la vie nous donne de suivre soit la route droite qui nous mène au but ou de prendre les petits sentiers battus ? Je pense que bien souvent, nous prenons ces itinéraires détournés, non pas par choix personnel, mais parce que c'est cette voie qui nous guide et nous aide à évoluer spirituellement. Cette évolution spirituelle, pour moi, n'a rien à voir avec une religion quelconque. Elle signifie tout simplement la recherche d'un mieux être personnel et du bonheur intérieur, l'amour pour soi et l'acceptation de nous-mêmes, avec nos défauts et nos qualités.

Cependant, je crois, que l'acte de vivre son destin comporte une série d'étapes, bien au-delà de notre compréhension, dont l'objectif est de nous ramener sans cesse sur le chemin de notre Légende Personnelle -ou de nous enseigner les leçons nécessaires à l'accomplissement de ce destin. J'ai mis longtemps à le comprendre et à l'accepter.

Ce que je trouve malheureux est que bien souvent, les êtres humains ne savent pas écouter cette voix ou sont aveugles aux signaux qui se mettent devant eux. Je vous assure que je me compte par mis eux ; pendant des années je n'ai voulu rien entendre ni voir, la seule chose que je savais faire était de me plaindre du peu de chance que j'avais.

Je suis persuadée qu'il y a beaucoup d'entre vous qui croient plutôt au hasard qu'au destin… c'est plus commode et facile. Cela permet aussi de penser que les efforts que nous faisons sont utiles à quelque chose, que nous sommes maîtres de nos vies, que nous forgeons notre destin. Je l'ai cru pendant longtemps aussi et encore maintenant, des fois, le doute se soulève en moi…

A vous qui me lisez, je vous pose cette question… Est-ce le hasard ou le destin ? J'apprécierai beaucoup vos commentaires…



UNE DECHIRURE ?

Il n'y a pas très longtemps, j'ai revu ma sœur… cela faisait au moins trois ans que nos chemins ne s'étaient pas croisés... elle est aussi nomade que moi... dix mois à Londres… deux au Mexique… et non seulement cela... elle vient de se marier avec un anglais...

Et bien autant pour elle comme pour moi, nous ne savons pas si quand nous quittons l'Europe, nous partons pour ou nous retournons au Mexique… et vise versa…

Car en réalité où se trouve notre foyer ? Dans notre pays de naissance ou dans notre pays d'adoption… Nous avons choisi toutes les deux de nous expatrier volontairement... comme beaucoup d'autres personnes j'en suis sûr… et nous retournons pour plus ou moins longtemps et plus ou moins régulièrement dans notre pays d'origine… et chaque départ est un déchirement.

Quand je quitte la Suisse je laisse un de mes fils, mon petit-fils, tous mes amis de longue date et un pays où j'aime bien vivre, où je ne me trouve pas en constant conflit intérieur avec la mentalité, la population, la manière de vivre, de penser et de concevoir les choses, un appartement, petit, mais où j'aime bien vivre, que j'ai décoré avec un soin particulier, pour lequel j'ai cherché chaque chose, chaque couleur avec tant de plaisir, où il fait bon vivre…

D'un autre côté, quand je pars du Mexique, je laisse derrière mon fils le cadet, mes frères et toute ma famille ; quoi que nous ne soyons pas très unis ou près les uns des autres, il y a en a certains avec lesquels j'ai un grand plaisir à me retrouver… par contre, je suis contente de quitter la pollution, l'insécurité, la circulation et mon appartement que je sens plus un appartement de fonction qu'un vrai chez moi…

Combien y a t-il par le monde de personnes qui vivent une vie semblable ? L'aiment-elles ? Est-ce qu'un ou une partenaire peut nous supporter, nous aimer et nous accepter avec notre nomadisme ? Allons-nous devoir continuer à le vivre longtemps ?

Le mien commence à m'être un peu lourd… les longues heures dans l'avion ou entre deux connections de vols, le faire et défaire des valises, le fait d'avoir toujours besoin de ce qui est de l'autre côté (car on ne peut pas tout avoir à double), et la simple idée que mon fils le cadet me dise " demain je pars pour l'Australie " par exemple, à cause de son métier… commence à devenir un cauchemar... et encore aujourd'hui mon fils aîné me dit " mais tu pourrais faire le voyage deux fois par année "… et devoir vivre cette déchirure des départs deux fois par année ? Impossible, une fois par année c'est déjà assez dur...

J'aimerai m'excuser auprès de ceux qui me lissent et qui ont cherché mes nouveaux textes. Si mes articles n'ont pas paru à la date prévue c'est parce que je me trouvais entre deux ordinateurs… en plus le deuxième en panne... et pour faire réparer quelque chose au Mexique… c'est plutôt la croix et la bannière… mais cela fera l'objet d'un prochain article... alors au 15 avril si je peux SMILY

Je ne vous écoute pas beaucoup… sauf par ICQ… vos commentaires par courrier électronique me feraient plaisir... surtout pour pouvoir les intégrer dans ce site…


L'AMOUR VIRTUEL, POSSIBLE OU PAS ?

Tu es seul (e), sans compagnon ou compagne dans ta vie ou sous le coup d'une déception sentimentale... Tu n'en peux plus et envahi par un gros cafard devant ton ordi... tu envoies ton fureteur à la recherche d'un de ces sites de rencontre... tu en trouves des milliers... au " hasard " tu choisis deux ou trois... tu mets une petite annonce... et le coup de blues passé... tu oublies simplement le détail...

Un jour, bien plus tard, un message tombe dans ta boîte aux lettres, tu y réponds, par curiosité, par envi de savoir qui l'a envoyé, parce que ce que l'on t'a écrit t'a plu... que sais-je... se suivent un ou deux échanges de courrier et ensuite plus rien...

Quelques semaines plus tard... encore un fait du " hasard "… tu as un message à envoyer à toute ta liste de contacts électroniques... sans le savoir le lui as envoyé aussi…

Soudainement, oh surprise ! Cette personne te répond et un nouvel échange d'E-mails recommence... anodin et amusant au début et puis, peu à peu, plus intime... néanmoins tout le hic de l'histoire c'est la distance... alors les doutes commencent à surgir d'un côté et de l'autre... dans la douleur de cette incertitude, on s'exprime d'une manière maladroite et on fait du mal à celui ou celle que l'on voudrait que faire du bien...

De l'autre côté du clavier on ne voit que ces doutes et l'impuissance s'empare de nous, nous aveugle, nous empêche de dormir, de vivre, de raisonner clairement... la seule pensée qui tourne dans notre tête c'est, comment trouver le moyen pour faire comprendre à l'autre qu'on est sincère, que l'on ne joue pas... avec cette distance... en réalité nous ne nous connaissons pas… nous ne savons " rien " l'un de l'autre excepté ce que nous avons bien voulu dire…

Sommes-nous vraiment disposés à quitter notre foyer, notre travail, notre famille, nos amis pour partir vivre ailleurs avec un inconnu ? Voulons-nous vraiment rompre notre solitude… notre petite vie tranquille ? Bien souvent, à force de vivre seul, nous avons trouvé des avantages à cette solitude… nous sommes devenus un peu égoïstes… Je sais, on peut trouver un modus vivendi… être comme beaucoup de ses couples qui vivent " moi ici, toi là-bas " à cause de leur travail, des couples " longue distance "… se retrouver les week-ends, les vacances… A mon humble avis, je crois qu'avant de s'engager dans un de ces amours à distance, il faudrait savoir exactement à quoi on est prêt, quel genre de relation on veut et en parler depuis le début avec ce " futur " partenaire…

Je suis persuadée que plus qu'un d'entre nous s'est trouvé confronté à une situation pareille... Est-ce qu'un amour qui commence virtuel peut devenir réel ? Avons-nous pu rencontrer réellement la personne à l'autre côté du clavier ? Avons-nous été déçus ou au contraire, étonnés, heureux de cette rencontre ? Est-ce que la relation a eu une fin heureuse ?

Toutes ces questions viennent à ma tête et sont sans réponse... alors mes lecteurs, si vous avez des réponses... racontez-moi s'il vous plaît...



L'AGE

Cette année quelques-uns de mes amis ont atteint le cap de la dizaine et cela m'a donné à quoi penser… les uns 40, d'autres 50, voire 60… et pour tous, d'une manière ou d'une autre, cet anniversaire les a marqués…

Prenons d'abord celui de 30 ans. Celui-ci j'ai trouvé qu'il marque autant les hommes que les femmes. Nous sentons que nous laissons derrière notre jeunesse, que nous rentrons à l'âge mure, celle de se marier, d'avoir des enfants, de prendre nos responsabilités quoi ! Les femmes commencent à penser à leur horloge biologique… Que nous le voulions ou pas, c'est un tournant dans la vie pour les deux sexes.

La quarantaine, celui-ci est plus pénible pour les hommes… je n'ai pas encore connu un homme que d'une façon ou d'une autre n'ait pas eu un coup de blues quelques jours avant… le statut civil, social ou économique n'a pas d'influence du tout. C'est uniquement cette nouvelle décade qu'ils ont de la peine à assumer. Ceci, je l'ai constaté tout au long de ma vie et je me suis souvent posé la question et je le leur aie posé la question aussi. Je n'ai jamais reçu une réponse claire, il n'y a pas de raison précise… c'est simplement ainsi. Alors, messieurs, si vous pouvez assouvir ma curiosité et nous expliquer à nous les femmes le pourquoi, je suis persuadé que nous en serions ravies !

Alors là, la cinquantaine c'est plutôt aux femmes qui touche le plus… et là, la raison est très simple… en principe c'est l'âge de la ménopause… Nos grands-mères et encore nos mères étaient persuadées qu'à partir de cet âge elles devenaient stériles, bonnes à rien et que touts les plaisirs leur étaient désormais niés. Heureusement, avec les progrès de la médecine les choses ont changé, mais tout au fond de nous-mêmes, cette idée est là puisque nous l'avons si souvent entendue. Je crois qu'il faudra pas mal de générations pour pouvoir effacer ce comportement inconscient. En plus, certaines d'entre nous allons vite devenir grands-mères et même si cet événement apporte une joie indescriptible, il nous marque quand même en tant que conception de notre jeunesse…

Les 60 peuvent marquer autant les hommes que les femmes je crois, mais d'une manière différente pour chaque sexe. Les femmes actives professionnellement et les hommes sentent l'approche de l'âge de la retraite et commencent à se poser des questions quant à leur futur temps libre… mais aussi à se sentir " vieux ". Là encore, c'est une question d'idéologie, les générations antérieures aux nôtres devenaient ou étaient vraiment des personnes âgées à 60 ans. Les " vieux " de 60 ans d'aujourd'hui se trouvent encore en pleine forme et veulent encore pouvoir profiter de la vie. Ils ne se sentent pas du tout finies professionnellement mais aimeraient aussi pouvoir jouir d'un peu plus de temps libre pour faire autres choses. C'est vraiment très contradictoire ce cap de 60 ans et il nous travail beaucoup. De l'autre côté, pour les femmes de 60 ans qui ne travaillent pas, qui ont un compagnon ou un mari, celle-ci sera aussi une période difficile… leurs enfants sont partis de la maison depuis quelques années et elles ont ajusté leurs vies avec de nouveaux intérêts, elles pensent un peu plus à elles-mêmes à présent. Tout d'un coup elles vont bientôt voir débarquer ce bonhomme à longueur de journée à la maison et elles sont un peu remplies d'appréhension, la période ne sera pas aisée car encore une fois il va falloir faire des ajustements…

Je pense qu'après, les autres dizaines se passent beaucoup plus facilement pour les deux sexes… qu'en pensez-vous ?… Quelques courriers électroniques pour ma page " Droit de réponse " me feraient très plaisir.


Merci de m'avoir lue et à bientôt...


Maïté



Aimeriez-vous m'écrire ?
OISEAU


HOME



Qui suis-je   Ma photo   La Numérologie   Le Reiki   Ma rubrique

La gourmandise sans frontières    Droit de réponse